Traditions du 1er avril dans les pays anglophones

Saviez-vous que c’est seulement en France que le poisson est associé au 1er jour du mois d’avril ? Dans les pays anglophones, on parle d’April Fool, comprenez  « l’idiot d’avril » ; l’idiot étant  celui qui croit à la blague qu’on lui raconte.

Bien que l’origine du poisson d’avril soit obscure et toujours débattue, l’explication la plus populaire sur l’origine de la journée du poisson d’avril provient de la réforme du calendrier français au XVIème siècle.

La théorie est la suivante : En 1564 le roi de France Charles IX décide de réformer le calendrier en déplaçant le début de l’année de la fin Mars au 1er jour de Janvier. Toutefois, à une époque sans train ni Internet et avec un système de poste peu fiable, les nouvelles voyageaient souvent lentement et les  moins bien instruits, paysans de la France rurale ont été les derniers à entendre et accepter ce nouveau calendrier. Ceux qui n’ont pas suivi le changement ou qui se sont entêtés à conserver l’ancien calendrier et qui ont continué à célébrer la nouvelle année au cours de la semaine qui est tombée entre le 25 Mars et le 1er avril, ont été les victimes de blagues. On leur offrait d’abord de faux poissons, puis on leur en a collé en papier dans le dos. Cette pratique est restée avec les années solidement encrée dans les coutumes françaises.

Une chose qui est la même partout dans le monde, c’est que c’est un jour où l’on joue des farces aux autre.

poisson avril Traditions du 1er avril dans les pays anglophones
Traditionnellement, dans certains pays comme la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, l’Australie et l’Afrique du Sud, les blagues ne durent que jusqu’à midi, et si quelqu’un joue un tour après midi, on lui dit : April fool’s is long gone and you’re the fool that carries it on ! (Le poisson d’avril est fini depuis longtemps et vous êtes le fou qui le continue.) Ailleurs, comme en France, Irlande, Italie, Corée du Sud, Japon, Russie, Pays-Bas, Allemagne, Brésil, Canada, et les États-Unis, les blagues durent toute la journée.

Fidèles à ce rite, les journaux jouent depuis longtemps des tours à leurs lecteurs dans l’édition du matin. Voici quelques exemples de fameuses farces qui ont été jouées dans les médias :

1957 : L’émission respectée Panorama de la BBC a annoncé que, grâce à un hiver très doux, les paysans suisses ont profité d’une récolte exceptionnelle de spaghettis. Cette annonce a été illustrée par des images de paysans suisses tirant des brins de spaghetti des arbres. Un grand nombre de téléspectateurs y ont cru et ont appelé la BBC pour savoir comment ils pouvaient faire pousser leur propre arbre à spaghetti. Le BBC a diplomatiquement répondu : «planter un brin de spaghetti dans une boîte de sauce tomate et espérer le mieux. »

1962 : A cette époque, il n’existe qu’une seule chaîne de télévision en Suède, diffusée en noir et blanc. Expert technique de la station, Kjell Stensson, est apparu aux infos pour  annoncer que, grâce à une nouvelle technologie, les téléspectateurs pouvaient convertir leur télé en couleurs et que tout ce qu’ils avaient à faire pour cela était de tirer un bas de nylon sur leur écran de télévision. Stensson a commencé à démontrer le processus. Des milliers de personnes l’ont cru.

1996 : Virgin Cola a annoncé que, dans l’intérêt de la sécurité des consommateurs, ils avaient intégré une nouvelle technologie dans leurs canettes. Lorsque le cola est périmé, le liquide réagit avec le métal et la couleur de l’emballage vire au bleu. Virgin averti alors que les consommateurs doivent éviter d’acheter les boîtes bleues. Or au même moment, le concurrent Pepsi dévoile ses nouvelles canettes, d’un beau bleu lumineux.

Vocabulaire anglophone du 1er Avril :

Prankster : Farceur / To play a trick : jouer un tour / April Fool : poisson d’avril

Noreen O’Neill,
Fondatrice associée de Language Connexion